+352.621.377.968 contact@celine-domecq.com

Hypersensible ? Oui.. Non… Peut-être… Pas moi mais ma/mon conjoint(e)…
Vous avez peut-être déjà entendu ce terme mais avez-vous compris tout ce que cela implique d’être hypersensible dans la vie de couple ?

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?

« Tu es excessive ! Tu te mets en colère pour rien ! Tu exagères !», ce sont quelques unes des remarques que les personnes hypersensibles ont l’habitude d’entendre.

C’est la psychologue américaine Elaine Aron, elle-même hypersensible, qui a été une des premières à étudier l’hypersensibilité. Ses travaux ont mené à la publication de plusieurs ouvrages, très intéressants sur le sujet. C’est sur ceux-ci que je m’appuie dans cet article et également sur les nombreux accompagnements que je fais à mon cabinet en thérapie individuelle ou de couple.

L’hypersensibilité concerne environ 20% de la population (hommes et femmes confondus). Comme il ne s’agit pas d’une maladie, cela ne se soigne pas 😉

L’hypersensibilité est un mode de fonctionnement inné, avec lequel on vient au monde. C’est donc une des facettes de qui vous êtes. J’insiste bien sur UNE de vos facettes, car cette hypersensibilité ne vous définit pas entièrement non plus, vous êtes bien plus que ça !

L’hypersensibilité semble provenir d’un système nerveux plus sensible/réactif que la norme. Celui-ci étant plus vite sujet à l’hyperstimulation.

On retrouve quatre caractéristiques principales :
● un traitement des informations plus profond
● une surstimulation plus facile
● des réactions émotionnelles vives ainsi qu’une grande empathie
● plus de sensibilité aux stimuli (lumière, sons, etc.), même les plus petits

Selon les recherches, 70% des personnes hypersensibles sont introverties et 30% sont extraverties. J’utilise bien le mot “introverti” et non celui de “timide” car, comme le précise Elaine Aron, il ne s’agit pas de la même chose. Généralement, les personnes introverties préfèrent se retrouver seules plutôt qu’en groupe.

Mieux se comprendre et mieux se respecter

Tout environnement, quel qu’il soit : travail, maison, magasin, extérieur, etc. est une source de stimuli plus ou moins importante. Lorsqu’on est hypersensible, le seuil de tolérance à ces stimuli est plus bas qu’une autre personne. Se reconnaître en tant que personne hypersensible, c’est donc accepter qu’à un moment, l’accumulation de ces stimuli va être TROP !

Les stimuli sont de différentes sortes, ils se ressentent à travers nos 5 sens. La sensibilité peut différer d’une source à une autre. Par exemple, certaines personnes vont être plus sensibles au niveau auditif. Elles seront sujettes à une suractivation du système nerveux lorsqu’il y aura trop de bruit. D’autres seront plus sensibles via les yeux et seront dérangées par trop de lumière, etc.

Cette accumulation de TROP va provoquer une hyperstimulation qui se manifestera, en fonction des personnes, par de la nervosité, de l’agressivité, de la maladresse, de la fatigue, etc. Pour que l’accumulation redescente, la personne hypersensible, ressent généralement le besoin de s’isoler en silence, de marcher dans un endroit calme ou encore d’être en contact avec la nature.

Hypersensibilité et empathie

Une autre facette de cette hypersensibilité est d’être très facilement touché par les autres personnes mais aussi par les arts, par l’environnement, etc. L’émotion ressentie sera plus forte. Vous pourrez, par exemple, ressentir une intense joie lorsque vous regardez un tableau, lorsque vous écoutez une musique particulière ou lorsqu’une personne en face de vous est très heureuse. Tout comme, à l’inverse, vous ressentirez une profonde tristesse lorsqu’on vous explique une situation dramatique. Dissimuler ces émotions intenses est quasi impossible : cela se voit !

L’intuition est souvent aussi plus développée chez les personnes hypersensibles. Il s’agit de ce ressenti lorsque vous arrivez dans un nouvel endroit, lorsque vous rencontrez une nouvelle personne ou encore, dans votre couple, lorsque vous sentez que votre conjoint ne va pas bien…

L’impact de l’hypersensibilité dans le couple, dans la famille

Lors de mes accompagnements, en thérapie individuelle ou en thérapie de couple, j’observe des caractéristiques communes lors des relations amoureuses.

En voici quelques exemples :

Une personne hypersensible va chercher dans ses relations de la profondeur, de la compréhension, des échanges authentiques. La relation amoureuse ne sera jugée comme porteuse que lorsque, dans le couple, elle retrouvera ces composants.

Très loyale, n’aimant pas spécialement les changements, la personne hypersensibles aura tendance à tout faire pour « sauver son couple ». Elle voudra maintenir la famille à « tout prix », même si la relation peut être nuisible, malsaine voir toxique.

Ce que j’observe très souvent également, c’est cette goutte qui va faire déborder le vase. Vous vous retrouvez le soir. Votre conjoint hypersensible (ou vous) aurez accumulé tout au long de la journée les stimuli dont j’ai parlé précédemment. Il suffira alors d’une petite chose en plus : le son trop fort de la télévision, une critique anodine et la “machine” explose !

Gérer son hypersensibilité

Pour éviter les dérapages et les frictions inutiles, il est important de bien comprendre les personnes hypersensibles de la famille et les respecter. Il faut prendre conscience que, pour celui qui est hypersensible, il est essentiel de trouver des moments de calme pour faire descendre la stimulation et ne pas atteindre le seuil limite.

Je sais que lorsque nous sommes parents, cela complique encore les choses. Et je ne parle même pas des cas où vous avez, à la maison, des enfants hypersensibles qui explosent en rentrant de l’école ! Trop, trop, trop,… c’est trop pour tout le monde….

Mon conseil est d’instaurer un “rituel”, comme un sas de décompression. Dès qu’on passe la porte de la maison, on se pose. On prend le temps, ensemble ou seul, de s’arrêter. Si vous avez des enfants, vous pouvez tous vous asseoir pendant 10 minutes, sans musique, ni télévision, dans le silence ou pour partager sa journée. Vous n’avez pas besoin de courir immédiatement après les devoirs, faire à manger, etc. Ces 10 minutes de calme vont être vraiment rentabilisées, beaucoup plus que vous ne le pensez.

Un autre point sensible fréquent cerne les activités à faire ensemble. Je constate que souvent, si vous êtes hypersensible ou pas, introverti ou extraverti, les activités que vous aurez envie de faire vont être différentes. Par exemple, l’un aura envie d’une soirée avec des amis et l’autre préférera rester à la maison avec un bon bouquin. Il sera important de vous respecter dans vos besoins, de l’exprimer à votre partenaire et de voir comment vous pouvez vous faire plaisir mutuellement sans culpabiliser ou faire culpabiliser l’autre.

En apprenant à vous connaître l’un et l’autre dans votre sensibilité, à vous respecter et à communiquer sur votre état de (sur)stimulation du moment, votre couple n’en sera que plus fort ! Que vous soyez hypersensible ou pas. 😉

Si vous voulez en savoir plus sur l’hypersensibilité dans le couple et apprendre d’autres astuces pour mieux la vivre, découvrez mon nouveau programme en ligne :« Vivre une relation de couple sereine et épanouie. »

Céline Domecq
Spécialiste du couple & des relations

Relecture du texte et optimisations SEO par Com Par Magie

Partagez l'article